Collaborateurs artistiques

ANNE TERRASSE lumière

Diplômée de l’École nationale supérieure Louis Lumière, Anne Terrasse réalise d’abord plusieurs documentaires avant de s’orienter vers le spectacle vivant. Depuis 2007 elle est régisseuse lumières au Théâtre du Rond-Point à Paris où elle accompagne de nombreuses productions (Peter Handke/Christophe Perton, Emmanuel Bourdieu/Denis Podalydès…). Par ailleurs elle réalise la poursuite dans LE CIRQUE INVISIBLE de Victoria Chaplin et Jean-Baptiste Thiérrée. En 2010, Olivier Dhénin invite Anne Terrasse à créer les lumières de sa pièce CENDRES représentée au Centre Wallonie-Bruxelles. Elle signe alors un clair-obscur tout en variations de bleu, correspondant à l’atmosphère élégiaque du drame ancré dans l’oubli et le passé sublimé. Elle collabore également PELLEAS ET MELISANDE de Debussy (2013/2014), JULIUS CÆSAR JONES de Malcolm Williamson (Opéra de Vichy, 2014), et conçoit les crépuscules de PÊCHEUR D’ISLANDE de Loti d’après les aquarelles de Turner choisies par Olivier Dhénin.

 

HÉLÈNE VERGNES costume

Diplômée en stylisme à l’École Supérieure des Arts Appliqués Duperré, puis en design à l’École Boulle et l’École Estienne, Hélène Vergnes collabore depuis 2008 avec Olivier Dhénin. Pour Cendres, elle crée un camaïeu de bleu pour des costumes inspirés d’un tableau de Picasso. Pour LA FETE ETRANGE d’après « Le Grand Meaulnes », c’est Holbein qui dicte sa palette de couleurs. Parallèlement, elle assure la création costume du spectacle VERMEER DANSE au Centre chorégraphique national de Toulouse. Hélène Vergnes signe également la scénographie d’une exposition au Centre culturel de Belgique de Paris autour d’une librairie éphémère (2012) et collabore à MEAT PROJECT de Thomas Bo Nilsson à la Schaubühne de Berlin (2014). Elle crée récemment les costumes de JULIUS CÆSAR JONES de Williamson (Opéra de Vichy, 2014), DER JASAGER de Kurt Weill et Bertolt Brecht (Académie lyrique de Rochefort, 2014), LA PETITE SIRENE de Tailleferre (Le Coupe d’Or, Rochefort, 2015). Pour PÊCHEUR D’ISLANDE de Pierre Loti, elle crée des costumes « graphiques » inspirés par l’œuvre d’Anselm Kiefer, teintés à l’encre de Chine et couverts de sable, ciment, latex. En 2015, Hélène Vergnes intègre l’Opéra allemand du Rhin – Düsseldorf/Duisburg.

 

AMÉLIE LAURET scénographie

Diplômée de l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Val-de-Seine après avoir étudié à la California Polytechnic State University, Amélie Lauret collabore à divers projets au sein d’agences prestigieuses (Ateliers Jean Nouvel, Chaix et Morel, Scau…). Elle expose en 2013 au Salon des Artistes du Grand Palais son projet pour le Musée de la Danse imaginé par le chorégraphe Boris Charmatz. Elle est lauréate du concours pour le Festival des Jardins Métissés du Parc de Wesserling en juin 2014 autour du thème “Alice au Pays des Merveilles”. Avec Olivier Dhénin, elle crée différentes scénographies basées sur l’espace vide (LA FÊTE ÉTRANGE, ALEXIS RAVI PAR LA NUIT), sur la profondeur et l’occultation (JULIUS CÆSAR JONES), sur le lointain inconnu marin (PÊCHEUR D’ISLANDE d’après Loti, LA PETITE SIRÈNE de Tailleferre). Pour PÊCHEUR D’ISLANDE, ils créent ainsi une scénographie de la mer qui découle de l’incorporation de toiles de Turner au lointain, occultées par des panneaux de bois ajourés, faisant paraitre les toiles comme par une fenêtre, tel un paysage insoupçonné.

 

THIBAUT LUNET régisseur

 

LOU BONNAUDET assistanat au costume

 

LIVIA JOUAN assistanat au décor

 

NINA PAVLISTA chorégraphie

 

JACQUES BOISGALLAIS composition musicale

Né le 9 août 1927 dans l’Orne, Jacques Boisgallais effectue des études classiques tout en prenant des cours d’orgue et de piano, notamment auprès de Lucette Descaves. En 1947, il étudie au Conservatoire de Paris auprès de Samuel-Rousseau (harmonie), Simone Plé-Caussade (contrepoint et fugue), Darius Milhaud et Jean Rivier (composition). À cette même époque il est organiste titulaire de l’église Notre-Dame Auxiliatrice de Clichy-la-Garenne. Il entre à la Radio en 1956 et y restera jusqu’en 1987. Là, en tant que musicien metteur en ondes, il a participé au développement de la stéréophonie, retransmis des milliers de concerts et assuré la réalisation de nombreux enregistrements discographiques. Il a collaboré avec des chefs tels que Münch, Klemperer, Scherchen, Jochum, Bernstein ou Maazel et côtoyé d’éminents compositeurs : Jolivet, Milhaud, Hindemith, Messiaen, Ohana, Dallapicolla, Lutoslawski, Chostakovitch… Depuis 1989, Jacques Boisgallais se consacre exclusivement à la composition. Souvent récompensé pour ses partitions, il est parvenu aujourd’hui à une maturité artistique qu’il revendique au travers de ses œuvres. Il s’est forgé au fil des années un langage qui lui est propre, dans lequel on perçoit une recherche stylistique constante, refusant de ne s’attacher à aucune chapelle afin de ne pas s’enfermer dans un système trop rigide. Pour Olivier Dhénin, il compose les musiques de scène de ses pièces ELLÉNORE, RICERCARE, CENDRES, CORDELIA. En juillet 2008, Jacques Boisgallais est nommé Chevalier des Arts et des Lettres par Christine Albanel, Ministre de la Culture.

 

PIERRE PÉNISSON transcription